Sauveur & fils - saison3

 

  • Titre : Sauveur & fils (saison 3)
  • Auteur : Marie-Aude Murail
  • Editions : L'Ecole des Loisirs
  • Date de parution : 9 juin 2017
  • Nombre de pages : 320
  • ISBN : 978-2-211-23239-5

L'auteur

Marie-Aude Murail, née le 6 mai 1954 au Havre, est une auteure française.

Marie-Aude Murail

(Clic sur l'image pour accéder au site de Marie-Aude Murail)

 

Quatrième de couverture

Au numéro 12 de la rue des Murlins, à Orléans, vit Sauveur Saint-Yves, un psychologue antillais de 40 ans, 1,90 mètre pour 80 kg.

Dans son cabinet de thérapeute, Sauveur reçoit des cas étranges comme ce monsieur Kermartin qui pense que ses voisins du dessus ont installé une caméra de vidéosurveillance dans le plafond de sa chambre à coucher ou comme Gervaise Germain qui s'interdit de prononcer le son « mal » par crainte qu'il ne lui arrive un MALheur.

Mais Sauveur reçoit surtout la souffrance ordinaire des enfants et des adolescents : Maïlys, 4 ans, qui se tape la tête contre les murs pour attirer l'attention de ses parents, Ella, 13 ans, cyberharcelée par ses camarades de classe, Gabin, 17 ans, qui ne va plus au lycée depuis qu'il passe ses nuits dans World of Warcraft, Margaux, 15 ans, qui en est à sa deuxième tentative de suicide ou sa soeur, Blandine, 12 ans, que son père aimerait mettre sous Ritaline pour la « calmer »...

Sauveur peut-il les sauver? Il n'a que le pouvoir de la parole. Il n'est pas toujours à la fête. Mais il croit en l'être humain.

 

Mes impressions

Une suite à la hauteur des deux précédentes saisons, on ne se lasse pas de partager les aventures de Sauveur et son fils Lazare, que ce soit côté vie privée ou côté cabinet.

Cette troisième saison débute avec un Sauveur un peu dépassé par les événements, il se laisse "déborder" par certains patients et semble un peu perdu, ce qui ne nous le fait paraître que plus humain. Très vite il se reprend et nous nous délectons de suivre ses consultations.

p. 124 "- Non, il est dysorthographique, et ça ne l'empêche pas de s'exprimer. Au risque de vous chagriner, monsieur, madame Gonzales, je vais vous dire ceci : fichez la paix à Melvin. C'est un garçon qui va bien, qui est équilibré, qui est plein de bons sentiments. La seule chose que vous puissiez faire pour lui maintenant, c'est l'aider à supporter ce système scolaire qui ne reconnaît pas toutes les belles qualités qui sont en lui." 

Cette réplique m'a particulièrement touchée, je la trouve criante de vérité. Qu'il est difficile pour certains enfants de trouver un équilibre entre la pression d'un système scolaire qui n'est pas souvent capable de voir puis de reconnaître leurs qualités (car elles ne sont pas "dans la liste") et la pression parentale elle-même dictée par la pression de toute une société.

Dans cet opus, une belle image nous accompagne, je la trouve extrêmement bien choisie par l'auteure. Il s'agit du tableau "Le voyageur contemplant une mer de nuages"  ("Der Wanderer über dem Nebelmeer") de Caspar David Friedrich qui est exposé dans le cabinet de sauveur et que les patients observent, par la force des choses. 

p. 139 "Wiener se releva et se dirigea vers Le Voyageur. 

            - Ce tableau me fascine. J'ai l'impression que quelqu'un va arriver dans le dos de ce type et le pousser dans le vide.

            - Ou l'empêcher de s'y jeter.

            - Ah oui? Vous Vous voyez ça comme ça... Intéressant."

L'humour est bien sûr toujours au rendez-vous, j'ai encore beaucoup ri!

p. 142 "Depuis quelques mois seulement, Paul envisageait la possibilité que ceux qu'il aimait meurent un jour. Mais cette malédiction n'avait pas encore frappé les hamsters. 

            - Eh! Diesel! appela Paul dans la cour de récré, faisant signe à un petit CP.

            - Tu l'as tu l'as tu l'as apporté? fit Jeannot, qui avait du mal à démarrer ses phrases et y avait gagné un surnom."

Marie-Aude Murail a le don de nous faire passer du rire à la gravité, cette histoire est ancrée dans LA VIE, et c'est ce qui explique en partie son succès. Et puis on peut y trouver quelques jolis messages distillés au fil des pages. Par exemple ici au lendemain des attentats du 13 novembre 2015 à Paris : 

p. 235 "Madame Dumayet se tourmentait tandis qu'elle se rendait à pied à l'école Louis-Guilloux. Devait-elle parler des attentats avec ses élèves, dont certains avaient à peine six ans? Au mois de janvier précédent, avec les CE2 devenus désormais des CM1, elle avait parlé de ce qui s'était passé à Paris, des journalistes assassinés dans les locaux de Charlie, et de l'attaque dans un supermarché casher. Les élèves avaient même voulu écrire des articles pour leur journal de classe. Mais ce lundi 16 novembre, madame Dumayet décida de commencer la journée par une séance de relaxation, suivie de l'activité chorale. Ce n'était pas l'Etat islamique qui allait décider de son emploi du temps."

***

p. 298 "Un jour prochain, il leur dirait : "Nous devons, enfants, jeunes et adultes, apprendre à vivre avec la violence." Un jour, peut-être demain, il leur citerait Martin Luther King : "La loi du talion, oeil pour oeil, laisse tout le monde aveugle."

Je ne peux que recommander cette "série" des Sauveur & fils, on ne s'y ennuie jamais, on rit souvent, parfois on a de la peine, quel plaisir de faire un peu "partie de la famille"! Merci aux éditions L'Ecole des Loisirs pour ces belles lectures.

En toute fin d'ouvrage, Marie-Aude Murail adresse un petit mot à ses lecteurs, et propose une liste de films (qui étaient en toile de fond quand elle écrivait) pour "continuer à réfléchir sur la compléxité de la nature humaine".

Je sais que la saison 4 est en cours d'écriture, chouette!

*****

Lectures associées : 

Sauveur&fils saison 1

Sauveur&fils saison 2