La plage de la mariée

  • Titre : La plage de la mariée
  • Auteur : Clarisse Sabard
  • Editions : Charleston
  • Date de parution : 17 mars 2017
  • Nombre de pages : 448
  • ISBN : 978-2-36812-129-0

L'auteur

Clarisse Sabard

Clarisse Sabard est une jeune trentenaire férue de lecture et de robes vintage, persuadée d'avoir vécu à New York quelque part entre les années 1920 et 1950. Les Lettres de Rose, son premier roman, a été le lauréat du deuxième Prix du livre Romantique, et son second roman, La Plage de la mariée, est le coup de coeur des lectrices Charleston.

 

Quatrième de couverture

2015, Nice.

Zoé, 30 ans, est en pleine dispute avec sa conseillère Pôle Emploi lorsque sa vie bascule. Ses parents viennent d'avoir un grave accident de moto. Son père est décédé sur le coup, sa mère est trop grièvement blessée pour espérer survivre, mais encore assez lucide pour parler.

Elle va révéler à Zoé qu'elle lui a menti depuis toujours : l'homme qui l'a élevée n'est pas son véritable père. Elle donne un seul indice à sa fille pour retrouver son père biologique : « La Plage de la mariée ».

Après quatre mois de déni, Zoé finit par craquer et part à la recherche de la vérité. Elle atterrit en Bretagne et se fait embaucher dans une « cupcakerie » tenue par une ancienne psychologue franco-américaine, Alice. Dans ce salon de thé, plusieurs personnages se croisent et voient leurs destins se mêler, tandis que Zoé part à la recherche de son père et tente de comprendre pourquoi sa mère lui a menti durant toutes ces années.

Mes impressions

 Vous pouvez retrouver sur le blog mon gros coup de coeur pour le premier roman de clarisse Sabard, Les lettres de Rose.

Je bouillais donc d'impatience de découvrir le deuxième, c'est chose faite grâce aux Editions Charleston que je remercie.

Dans cette histoire, il est encore question de secrets de famille, avec une intrigue qui se noue (ou plutôt qui se dénoue!) entre la Côte d'Azur et la Bretagne (deux de mes régions préférées, l'une parce que j'y passe mes vacances, l'autre pour y avoir vécu de belles années étudiantes). 

Le début du roman nous fait entrer violemment dans le vif du sujet, car nous faisons la connaissance de Zoé, l'héroïne, au moment où elle vient de perdre ses deux parents dans un accident de moto. Pour autant, ni l'histoire ni le ton ne sont sombres, Clarisse a un vrai don pour emporter le lecteur rapidement dans l'aventure, et encore une fois ici, quelle aventure!

J'ai trouvé les descriptions toujours justes, jamais surfaites, et j'ai adoré me retrouver dans ce petit village breton, avec Zoé, Alice, Gérard, Georges et tous les autres protagonistes. 

Zoé, après la révélation de sa mère, décide donc de partir dans le village d'enfance de celle-ci, en Bretagne. Là-bas, elle va se heurter à de multiples obstacles, qu'elle devra surmonter si elle veut connaître l'identité de son père. Elle va également se créer un solide réseau d'amis, qui lui seront souvent d'un grand secours et feront preuve de bienveillance à son égard. L'intrigue est admirablement ficelée, il était difficile de poser le livre en cours de lecture!

Seul petit (tout petit) bémol, Zoé m'a souvent agacée dans ses indécisions, dans ses réflexions. Mais elle m'a émue dans sa quête. Le roman est parsemé de références musicales qui donnent du relief à l'histoire. J'ai notamment beaucoup apprécié la référence à l'oeuvre de Jacques Brel, et plus particulièrement à la chanson "Le moribond". 

Clarisse excelle dans l'art de transporter ses lecteurs à travers différents univers et époques, elle nous le montre encore ici, avec quelques retours plus vrais que nature dans les années 1980. Et puis ce que j'aime dans ses histoires, c'est qu'elles nous livrent un message positif, un message d'espoir.

Pour résumer, une bonne intrigue, du suspense, des secrets de famille, des personnages attachants, de belles valeurs, encore une fois les ingrédients sont réunis pour nous faire passer un très bon moment, tout m'a plu dans ce roman, jusqu'au titre et à la couverture. Il a beaucoup de succès et est en passe d'être ré-imprimé, je ne suis pas surprise! J'attends le prochain avec impatience!

*****

p. 108-109 "- Une personne peut être perçue de manière totalement différente, d'un individu à l'autre. Tu risques d'entendre plusieurs versions radicalement opposées, selon les gens. Mais l'essentiel, c'est le souvenir que toi, tu garderas d'elle. Telle que tu l'as connue. Tout ce qu'on pourra te dire doit avant tout t'aider à reconstituer un puzzle aux pièces éparses. Pas à en modifier le dessin."

***

p.141 "Je ne trouverai malheureusement rien d'autre par ici que davantage de questions au mystère qui me préoccupe. Je souris en repensant aux romans que je lisais, étant gamine, la collection des Alice, de la Bibliothèque Verte. Que n'aurais-je pas donné pour me retrouver dans la peau de cette jeune détective américaine, pour qui résoudre des énigmes en compagnie de ses deux meilleures amies constituait le principal loisir!"

***

p.148 "J'acquiesce d'un simple signe de la tête. En général, quand je murmure, on peut m'entendre à cinq kilomètres à la ronde. Il y a des gens qui sont naturellement discrets, ce sont les mêmes qui possèdent une grâce innée, mangent sans grossir et sont beaux quand ils pleurent. Et puis il y a les autres, dont je fais partie."

***

p.232 "- L'amitié, me répond Alice, ça fonctionne souvent par cycles. Il y a des amis qu'on gardera toute notre vie, et même en vivant à l'autre bout du monde. Les liens sont si solides que rien ne peut les entacher. Et puis il y a les autres, ils vont, ils viennent. C'est comme ça, c'est l'évolution naturelle et il n'y a rien à regretter."

Et puis il y a le tout dernier message, que j'ai beaucoup aimé, mais celui-ci je vous laisse le découvrir, c'est à la dernière page.