2017-06-23 16

  • Titre : Songe à la douceur
  • Auteur : Clémentine Beauvais
  • Editions : Sarbacane 
  • Date de parution : 24 août 2016
  • Nombre de pages : 240
  • ISBN : 978-2-84865-908-4

L'auteur

Clémentine Beauvais, née en 1989, est une auteure jeunesse française.

Clémentine Beauvais1

(Clic sur la photo pour accéder au site de Clémentine Beauvais)

Présentation de l'éditeur

Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c'est l'été, et il n'a rien d'autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant et plein d'ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse, et lui, semblerait-il, aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s'est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s'aperçoit, maintenant, qu'il ne peut plus vivre loin d'elle. Mais est-ce qu'elle veut encore de lui ?

Songe à la douceur, c'est l'histoire de ces deux histoires d'amour absolu et déphasé - l'un adolescent, l'autre jeune adulte - et de ce que dix ans, à ce moment-là d'une vie, peuvent changer. Une double histoire d'amour inspirée des deux Eugène Onéguine de Pouchkine et de Tchaïkovski - et donc écrite en vers, pour en garder la poésie.

 

IMG_1447

 

Mes impressions

 Ce roman en vers, s'il peut surprendre et impressionner avant d'être ouvert, se lit pourtant avec bonheur.

J'ai autant apprécié l'histoire pleine de rebondissements, que l'écriture, vivante, malicieuse (dans le bon sens du terme, rien de péjoratif ici!)

Clémentine Beauvais joue avec ses personnages, avec les techniques de narration, avec la mise en page également et le résultat est vraiment époustouflant. 

IMG_1448

Quelle prouesse! Etre capable d'associer une histoire "classique", inspirée de Pouchkine et de Tchaïkosvki (rien que ça!) à une écriture en vers, avec un contenu extrêmement contemporain. 

Avec humour et poésie à tous les étages!

p.9/10 "Eugène lui cria : 

                     "Qu'est-ce que tu deviens? 

                     Je ne savais pas que tu étais enceinte!"

        Elle ne l'était pas. 

Cependant, il lui était difficile de contredire Eugène, car

elle arborait sur son duffle-coat un énorme badge où une

tête de nourrisson hilare déclarait, en lettres capitales dans 

une grande bulle blanche,

                                     BEBE A BORD!

et en plus petit dessous, "Merci de me céder votre place".

           Il était donc logique qu'Eugène

(que cette conclusion ravageait, et qui d'ailleurs était

surpris de s'en trouver si affligé)

en déduise cette chose-là.

 

                       Il y avait une explication, qui ne pouvait

être donnée dans l'immédiat : 

                       à cause de la rareté des sièges inoccupés

                       dans le métro parisien entre huit

                       et neuf heures du matin, 

                       Tatiana avait acheté quelques mois auparavant

                       ce précieux sésame,

                       immédiat libérateur de strapontin. [...]"

 

p.195             " Vers mi-mai, enfin réveillée, la ville fit

     quelques étirements,

     se remit à postillonner des petits oiseaux dans le ciel,

     s'accrocha des bourgeons aux oreilles,

                                   et Eugène s'aventure dans les rues."

J'ai apprécié aussi la justesse des descriptions du sentiment amoureux. Clémentine Beauvais sait jouer avec les mots pour notre plus grand plaisir!

Le tout agrémenté d'une chouette "bande-son"!

Bande-son Songe à la douceur

 

*****

Mon enfant, ma soeur,

   Songe à la douceur 

D'aller là-bas vivre ensemble         

             Charles Baudelaire, "L'invitation au voyage"        (épigraphe)