Carnets 14-18

  • Titre : Carnets 14/18 quatre histoires de France et d'Allemagne
  • Auteur : Alexander Hogh
  • Illustrateur : Jörg Mailliet
  • Editions : Le buveur d'encre
  • Date de parution : juin 2014
  • Nombre de pages : 116
  • ISBN : 978-2-914-686-59-4

Les auteurs

 

Alexander Hogh

Alexander Hogh est docteur en philosophie. Il a également suivi des études d'histoire et de rhétorique. Il travaille depuis 2003 en tant qu'auteur, scénariste et journaliste indépendant. Il écrit et réalise de nombreux documentaires historiques pour différentes grandes chaînes de télévision. Il est également l'auteur de livres d'accompagnement de séries documentaires.

 

Jörg Mailliet

Jörg Mailliet est un illustrateur franco-allemand (il a grandi à Berlin) diplômé de l'école Emile Cohl de Lyon. En 2000, il crée avec deux associés les éditions Le buveur d'encre. Il travaille en tant qu'illustrateur indépendant pour la presse et l'édition. 

 

Quatrième de couverture

Carnets 14-18 - Quatre histoires de France et d'Allemagne raconte le quotidien de René, Lucien, Nessi et Walter, deux jeunes Français et deux jeunes Allemands qui vivent cette Première Guerre mondiale, au front, à l'arrière ou dans les villages à proximité immédiate de la ligne de feu.

Ces récits, adaptés avec beaucoup de finesse et de respect à l'égard des sources historiques, nous montrent une humanité blessée, traumatisée, transformée par la guerre, mais aussi assoiffée de vie. Cet ouvrage ne nous aide pas seulement à comprendre la guerre mais aussi l'après-guerre et, au-delà, notre époque.

 

Mes impressions

A travers l'exploitation de leurs véritables journaux, cette BD raconte la Grande Guerre vécue par quatre protagonistes, deux français et deux allemands. Les auteurs ont bien pris soin d'entremêler ces différents témoignages, ce qui a pour effet de renforcer l'authenticité de chacun d'eux, mais aussi de bien les distinguer les uns des autres. Une idée, qui en plus d'être très originale, est excellente. Il en ressort un résultat très intéressant : cette guerre a été vécue de la même façon de chacun des deux côtés. Cela, on le sait, on le savait, mais un tel ouvrage en est une preuve originale.

 

Nessi Zenker

René Lucot

Walter Bärthel

Lucien Laby

J'ai beaucoup aimé cette manière de raconter la guerre à travers les voix de "vrais" protagonistes. Ces témoignages confèrent plus de relief encore à la Bande Dessinée, et les dessins apportent de la vie aux témoignages. Cette association m'a conquise.  Elle offre un très bon support (avec de solides références historiques) aux jeunes générations pour mieux "comprendre" cette guerre et ce qu'il en résulte encore aujourd'hui. Ainsi en cette période du centenaire (2014-2018) et à l'approche de la commémoration du centenaire de l'armistice, cet ouvrage permet non seulement de se souvenir, mais aussi de rendre hommage. A travers René, Nessi, Lucien et Walter, c'est à toutes nos arrières grands-mères et à tous nos arrières grands-pères que nous pensons, quelles que soient leurs nationalités. Cette excellente BD a bien sûr été éditée en allemand également, sous le titre Tagebuch 14-18 - Vier Geschichten aus Deutschland und Frankreich aux éditions Tinten Trinker Verlag.

A la fin de l'histoire, le lecteur peut se plonger dans des images d'archives, des photos prêtées par les familles des "personnages" de l'histoire.

 

Nessi

René

Walter

Lucien

Puis à la fin figure un glossaire, qui explicite quelques termes choisis et rencontrés tout au long de l'histoire. Par exemple : 

Le Petit Journal : ce quotidien bon marché et populaire est publié à très grand tirage. Les illustrations de son supplément hebdomadaire traitent souvent de thèmes racoleurs qui nourrissent les préjugés.

Deutschland, Deutschland über alles... : "Le chant des Allemands." (texte : Hoffmann von Fallersleben, 1841) est un chant populaire en Allemagne à cette époque de la première guerre mondiale. Il ne sera cependant déclaré hymne national qu'en 1922. Sous le régime national-socialiste, seule la première strophe "Deutschland, Deutschland über alles" est chantée, "über alles" devant alors être compris non plus dans le sens premier d'unification de l'Allemagne mais dans le sens de domination du monde. A partir de 1952, on ne chante plus que le troisième couplet : "Einigkeit und Recht und Freiheit". En 1991, ce couplet est reconnu officiellement comme l'unique couplet de l'hymne national.

 

L'Europe en 1914

L'Europe en 1924

 

Une lecture vraiment instructive, intéressante, équilibrée, une production franco-allemande, quoi de mieux pour célébrer le centenaire de l'Armistice ? 

*****