Lilou, ma vie comme sur des roulettes

  • Titre : Lilou, ma vie comme sur des roulettes
  • Autrice : Yaël Hassan
  • Illustrateur : Terkel Risbjerg
  • Editions : Auzou
  • Collection : Pas de géant
  • Date de parution : 12 septembre 2019
  • Age : dès 9 ans
  • Nombre de pages : 87
  • ISBN : 978-2-7338-7212-3

L'autrice

Yaël Hassan, née en 1952 à Paris, est une autrice jeunesse talentueuse. Elle a déjà écrit (pour le moment !) plus de 50 ouvrages. Son terrain de prédilection, c'est la vie, la différence, l'histoire. Elle est depuis le mois de janvier 2019 chevalier de la légion d'Honneur des Arts et Lettres. Pour plus de d'informations sur son oeuvre, je vous invite à consulter sa bibliographie directement sur son site.

Yaël Hassan

( Clic sur la photo pour accéder au site de Yaël Hassan)

 

Quatrième de couverture

 

Lilou, 4ème de couv

Mes impressions

C'est le grand jour, Lilou entre en sixième ! Dans la cour du collège, elle retrouve quelques amis de CM2, certains qu'elle apprécie, comme son ami Oscar, d'autres moins... Arrive le moment fatidique de la répartition des élèves dans les classes. Quand le principal appelle son nom, elle reconnaît la voix de cette peste de Chloé juste derrière qui fait le voeu de n'être pas "encore dans la même classe qu'elle"... 

Lilou est handicapée, elle se déplace en fauteuil roulant. Ce handicap n'est évoqué pour la première fois dans le texte qu'à la page 10.  Si on lit les dix premières pages sans savoir que Lilou est en fauteuil roulant, on ne peut pas le deviner. Ce qui montre ainsi que ce n'est pas LE signe qui caractérise le plus l'héroïne de l'histoire.

Viennent ensuite les inscriptions dans les différents ateliers proposés tout au long de l'année au collège. Lilou et Oscar souhaitent s'inscrire au club théâtre. Ils y retrouvent Chloé et Emma, qui ne sont jamais tendres avec Lilou. Et dès les premières séances, cela se confirme. Heureusement, le professeur est là pour remettre tout le monde à sa place.

Tout au long de l'histoire, Lilou doit composer avec la bêtise et l'ignorance de certaines personnes et elle s'en sort avec brio, grâce à l'aide de certains camarades et professeurs qui lui portent un regard bienveillant, la considèrent comme une élève à part entière et lui permettent de s'épanouir ainsi. 

J'ai beaucoup aimé la façon qu'a Yaël Hassan d'amener cette question du handicap chez les ados, en imaginant des situations "d'entraide inversée". A un moment, Oscar supplie presque Lilou de pouvoir la pousser dans son fauteuil car il a besoin d'un appui. 

p.13 - Tu permets ? me demande Oscar en s'emparant des poignées de mon fauteuil.

          Je lui lance un regard furieux. 

          Il me connaît par coeur, Oscar. Il sait que je ne permets à personne d'autre que moi-même de conduire mon carrosse.

        - Allez, sois sympa, Lilou. J'ai les jambes en coton. J'ai besoin de prendre appui, tu comprends? 

        - C'est cela, oui ! Mais si ça peut t'aider, je veux bien, concédé-je.

Au fur et à mesure de l'histoire, on découvre une Lilou pétillante, pleine d'humour et de force, parfois plus que certains valides. Elle a même souvent assez d'énergie pour rassurer ses parents, son papa particulièrement, qui se montre parfois - et à juste titre - inquiet pour elle. 

Une petite intrigue va se nouer au club de théâtre et Lilou va être capable, grâce à une idée de son papa, de trouver une solution tout à fait honorable au problème. 

Une belle histoire de rentrée, qui donne à voir aux jeunes une approche et une image différente du handicap. Des personnages très crédibles, des pestes de sixième aux vrais gentils en passant par le bon copain comme on en rêve tous. 

J'ai beaucoup aimé les valeurs d'entraide, de loyauté, d'honnêteté et de fidélité partagées dans ce roman et j'attends la suite avec impatience ! Je suis ravie de voir arriver une littérature ayant pour héros/héroïnes des jeunes et des enfants en situation de handicap. Un grand pas vers une meilleure intégration, notamment dans les écoles ! Merci à Yaël Hassan et aux éditions Auzou !

*****

p.32 "Vous voyez, les enfants ! dit-elle en s'adressant à tout le groupe. C'est ça, la magie du théâtre, qui vous permet de lever toutes les barrières, de lâcher prise, de vous détacher de votre quotidien. c'est l'essence même de la comédie d'exiger des acteurs qu'ils oublient leur propre personnalité afin de laisser s'exprimer pleinement le rôle qu'ils incarnent."

***

p.36 "Pauvres parents, qui se font tant de mauvais sang. Parfois j'ai envie de les prendre dans mes bras, de les consoler, de leur dire qu'ils cessent de s'inquiéter pour moi, de mon présent, de mon avenir, de mon bien-être. Comment faire pour qu'ils admettent enfin que je vais bien, que je suis heureuse, qu'ils sont les parents les plus chouettes de la terre et que pour rien au monde je n'échangerais ma place ?

Alors, j'affiche un grand sourire en lui répondant :

   - Ca roule, tu veux dire !"