Je suis CharLiberté!

  • Titre : Je suis CharLiberté!
  • Auteur : Arthur Ténor
  • Illustration de couverture : Berth
  • Editions : Scrineo
  • Date de parution : janvier 2016
  • Nombre de pages : 124
  • ISBN : 978-2-3674-0380-9

L'auteur

Arthur Ténor, de son vrai nom Christian Escaffre, né en 1959 à Moulins, dans l'Allier, est un écrivain français spécialisé dans la littérature pour la jeunesse. Il vit toujours en Bourbonnais.

 

Arthur Ténor

(Clic sur la photo pour accéder au blog d'Arthur Ténor)

 

Quatrième de couverture

Choqué par les attentats du 7 janvier 2015, Tom décide de créer un journal satirique dans son collège. Avec d'autres camarades de sa classe de 3ème - Sliman, le caricaturiste, et Sarah, jeune rédactrice pleine d'énergie - ils lancent leur premier numéro. Dans leur démarche, aucune provocation gratuite, aucune injure aux convictions...juste l'envie d'aborder, de manière drôle et impertinente, les grands sujets de préoccupations collégiennes : l'éternel combat entre les intellos et les cancres, les caricatures de profs trop sévères, et toutes les questions qui perturbent les ados en général...Mais très vite le collège se divise entre ceux qui adorent et ceux que la parole libre dérange...

Petit à petit les positions se durcissent...Jusqu'où doivent-ils mener le combat pour que vive la liberté?

Mes impressions

Quelques mois après les attentats qui ont frappé Charlie Hebdo, un groupe de collégiens décide de créer un journal satirique, qu'ils baptisent "Charliberté-Hebdo". Dans ce groupe d'ados, il y a Tom, rédacteur en chef, Sarah, rédactrice et correctrice, et Sliman, dessinateur. Très vite Max les rejoint, il s'occupera des ventes.

Très vite aussi, leur journal suscite des discussions, des débats, des disputes...la tension monte au collège, même les interventions de Mme Lachenal, la principale - qui tout en les mettant en garde approuve leur initiative - restent sans effet. 

La devise de CharLiberté : "Toute vérité est bonne à dire"

Monsieur Ségurat, professeur de français, a pourtant tout mis en oeuvre pour que les débats ne restent pas stériles. Il dit ainsi à ses élèves que "la première marque du respect, c'est la tolérance" et il cite Voltaire, dans un extrait de son            Traité sur la tolérance.

p.31 "La tolérance n'a jamais excité de guerre civile ; l'intolérance a couvert la terre de carnage."

Le ton est donné. Dès lors, les journalistes en herbe, tout en ne manquant jamais de respect à qui que ce soit, en étant juste un brin impertinents, vont rencontrer des obstacles en les personnes de certains de leurs camarades.

Il y a pour commencer, un groupe de quatre cancres, "des petites frappes", dont j'ai beaucoup aimé la description, puis une camarade de classe très croyante (famille catholique intégriste), que leur journal dérange.

L'auteur procède dans cet ouvrage à une dissection du mécanisme de la montée lente, sourde, sournoise mais sûre de la violence dans une société. Il le fait à l'échelle de cette micro-société qu'est le collège, mais le mécanisme est le même. Tout commence par un désaccord, des disputes, puis arrivent les menaces. Parfois alors on sent poindre un apaisement, et tout repart de plus belle, jusqu'à la concrétisation desdites menaces.

Tous les ingrédients sont réunis, la guerre "intellos" contre "cancres", les différences de religions, mais aussi ceux qui ne croient pas. Au sein de l'équipe de rédaction règne une grande solidarité, et cette solidarité est mue par leur attachement à la liberté d'expression.

J'ai beaucoup aimé ce roman, je peux même dire que c'est un coup de coeur parce qu'il m'a émue, mais aussi parce que je pense qu'il s'agit là d'un ouvrage d'utilité publique. Il devrait être lu dans les classes afin de susciter des débats et de "semer des petites graines de tolérance" tant qu'il en est encore temps, car comme le dit Sarah, 

p.114 "Je crois aujourd'hui qu'on peut naître, voire renaître à tout âge, pourvu qu'à l'intérieur la graine soit là, prête à germer." 

Cet ouvrage peut être vu comme un début d'explication aux plus jeunes de ce qui s'est passé le 7 janvier 2015, si tant est que l'on puisse l'expliquer...

*****

Coup de coeur pour ce roman